Une histoire de comté… et de confiance.

La vie est une histoire de point de vue.

Parfois, en tant qu’adultes surbookés, parents, nous manquons de temps, d’énergie et de patience. Surtout face à nos bout’s chou, eux-même crevés de courir avec nous. Ce matin, devant notre très continental petit-déj’, Pirate a posé un problème très simple.

  • Pirate – « Maman, je veux deux bouts de comté. »
  • Moi – « Eh bien non, c’est un bout de comté, un œuf, des tartines, du raisin, et une banane. Voici tout le choix que tu as. »
  • Pirate « Je VEUX deux bouts de comté. Tu en as coupé deux. »
  • Moi –  » J’ai coupé un bout de comté pour toi, et un pour moi. Je déjeune aussi. »
  • Pirate – « Oui mais je veux deux bouts de comté! »

Alors là, c’est généralement le moment où en tant que parent, tu te mets à râler, monter en pression, voire se fâcher, à sourire. C’est pile le moment de rester cool et d’activer sa créativité. *Merci maman, ce coup-là il est pour toi!* Pourquoi refusez de lui donner deux bouts de comté? Faisons un peu de calcul…

SAM_3554

1 gros bout de comté = 2 petits bouts de comté!

Et, voilà le tour est joué ! Notre esprit d’adulte se dirait « eh, tu me trompes sur la marchandise, là. » Mais l’enfant, lui, voit les choses différemment. Il veut juste deux bouts de comté. Que ce bout supplémentaire vienne du gros bout de comté ou de celui que je viens de couper, n’intéresse pas Pirate. Il veut juste que sa demande soit entendue. A 3 ans et demi, *et bien avant d’ailleurs*, l’enfant veut montrer qu’il a de l’importance, une volonté propre, différente de celle de ses parents/référents/éducateurs, qu’il est CAPABLE de faire un choix, seul.

Un simple dilemme peut devenir une crise lorsque l’on ne voit pas la véritable demande de son Pirate. En changeant son regard et son angle d’approche, l’adulte gagne en énergie et en confiance en son jugement. L’enfant gagne en confiance en son parent/référent/éducateur mais également en lui-même. Il se sent et se voit écouter. Et un enfant qui se sent important, vois son estime de lui grandir ainsi que sa confiance. Ce sont là les piliers d’un adulte autonome.

 


Alors ? Vous avez des histoires de comté à raconter, vous aussi ?

Lâchez-vous en commentaire!



Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Lucile dit :

    Dès le début de l’article je me suis dit : eh bien, il faut essayer de couper son morceau en 2 😂
    Selon les moments de fatigue, cela dit, je ne sais pas si ça passerait ici. En cas de fatigue intense, je vois bien la crise pointer « mais t’as coupééé mon morceauuu »

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.