Bienveillance sociétale #1


Les lois naturelles de l’enfant par Céline Alvarez

07


« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme. »

Certes, mais.

« Reliance et confiance rime avec sciences. »

***

 

Ce qui me plait dans ces deux phrases est l’importance égale qu’ont la science, la conscience, la confiance et la reliance. L’autre point qui me plait a été d’entendre la seconde phrase sortir de la bouche de Céline Alvarez lors de la conférence sur son travail et livre à Nantes.

Céline Alvarez, vous remettez? La grande brune, fine qui martèle que le système scolaire doit évoluer vers un système plus bienveillant. Enfin, le système scolaire, oui mais pas que! C’est tout le système qui se doit d’évoluer.

Comme d’autres, vous avez envie de dire « pourquoi? ».

Outre les différentes difficultés rencontrées en milieu scolaire pour les enfants, MAIS aussi pour les enseignants -ceux là même qui s’épuisent-, d’autres problématiques bien plus perverses font de beaux dégâts à travers les pratiques d’éducation actuelles au sein de l’école et au sein de toute la société.

Afin de débuter cette échange autour de la vision qu’a Mme Céline Alvarez de notre future société et qu’elle présente dans « Les lois naturelles de l’enfant », je vous propose quelques petites bases de discussions dans ce premier article.

« Pour qu’un enfant grandisse, il faut tout un village. »

proverbe africain

L’enfant se construit au travers de trois environnements principaux:

  • La Famille,
  • L’Ecole,
  • Les Pairs.

L’importance de ces trois types de relations permet l’évolution de chaque humain dans la société. Il est donc évident que la collaboration de ces instances est indispensables et doit se faire en bonne intelligence. Pourtant, aujourd’hui encore, il est difficile d’affirmer que c’est le cas. Entre les rythmes qui ne concordent pas aux besoins réels des enfants, les pratiques d’enseignement qui peuvent relever du gavage, plus que de l’accompagnement à l’apprentissage, ou encore les débats totalement stériles sur le contenu des programmes, tout parent a de quoi s’inquiéter. On voit ainsi fleurir des idées d’école à la maison que les uns vont critiquer au sens que c’est forcément enfermer l’enfant, le sectariser, alors que d’autres bataillent vantant les vertus de cette pratique. Nous voyons également le développement, dès la crèche, de moyens de garde se basant sur les recherches de différents pédagogues: Montessori, Pikler, Steiner, Freinet, … Franchement, lorsque l’on est novice sur ces questions, il y a de quoi s’y noyer. Toutefois, il est vraiment indispensable de chercher un équilibre qui correspondra réellement à ce dont l’enfant a besoin. Parce que c’est bien ici des besoins de l’enfant dont il s’agit et de voir une société évolue harmonieusement en toute intelligence. Quel que soit le choix d’une famille, l’enfant restera un être ayant besoin de contacts humains pour grandir. Que chacun se rassure, il y a de  nombreux  moyens d’être au contact de l’Autre.

 

L’être humain né avec des prédispositions,

des potentialités dès la naissance. 

Longtemps, nous avons cru que l’enfant était soit un adulte miniature, soit un être vierge sans connaissances qui avaient tout à apprendre, qu’il partait de zéro. Avec l’explosion des neurosciences, de nombreuses études plus ou moins anciennes prouvent que l’enfant né avec un cerveau ayant déjà une structuration sophistiquée mais en état de latence.

Ce qui est nouvellement porté à notre connaissance est que l’humain né avec une empathie naturelle qui n’a plus qu’à maturer au contact de l’environnement. Nous sommes donc loin de ce qu’a affirmé Plaute, vers 195 av. J.-C: « Homo homini lupus est » soit l’homme est un loup pour l’homme. Entendons par là, l’homme est mauvais par nature. Cette locution fut reprise de siècle en siècle de Pline l’Ancien à Freud en passant par HK et les saltimbanques en 2011. Elle est donc bien ancrée dans notre quotidien et nos relations à l’Autre, malgré qu’elle soit fausse. 

Le stress est toxique pour l’être humain

mais surtout entraîne la dégénérescence neuronale.

Depuis peu, en France, nous entendons que le stress est dangereux pour nos cerveaux. J’ai découvert ce fait pour la première fois via les ouvrages de Catherine Gueguen, pédiatre, dans Une enfance heureuse et Vivons heureux avec nos enfants. Et en effet, lorsque l’on cherche cette information à travers la toile, même en nommant Joan Luby, il est difficile de trouver des articles expliquant de quoi il retourne.

Joan Luby est chercheuse de la Washington University School of Medicine (St. Louis). Avec son équipe, elle a développé de nombreuses études quant au développement du cerveau de l’être humain. Entre autre, cette équipe de chercheurs a étudié les cerveaux de quatre-vingt douze jeunes enfants afin de montrer l’impact de l’environnement familiale dès les jeunes années et ce qui en découle sur le développement du cerveau humain. Il résulte de ces études que le maternage appelé en anglais « nurturing » permet un meilleur développement du cerveau du jeune enfant. Pour être précis, l’hippocampe est 10% plus développé que pour d’autres enfants n’ayant pas eu un environnement aussi sécure. Là où cette partie du cerveau nous intéresse est qu’elle est dédiée à la mémoire et aux apprentissages, indispensables au développement de l’humain. Je vous renvoie vers un des articles sur le sujet de Santé blog.

Ce n’est pas l’unique étude sur le sujet. Mais n’étant pas du milieu scientifique, je ne suis pas encore à jour de tout ce qui a eu cours. Par contre, je rejoins totalement, Céline Alvarez et d’autres pédiatres, psychologues, lorsque j’entends que nos cerveaux sont sous-développés. Il paraît plus que claire aujourd’hui que notre manière d’aborder l’éducation, de communiquer avec l’enfant permette un développement plus ou moins optimale de son cerveau, et ainsi de l’ensemble de l’être humain.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s