Fuck la bienveillance !

Débutons en musique …

Il y a des jours où même si j’ai un toit sur la tête et mille soucis, je m’accroche à mes principes de bienveillance pour tous !

Puis il y a des jours où même s’il fait grand soleil ou tempête, je me refuse à être bienveillante. Il y a des jours où j’entends une petite voix qui me répète « tu es prise pour une conne ». Il y a des jours où tu prendrais bien le soucis à bras le corps pour lui enfourner la tête dans un mur et voir ses jambes s’agitaient, pendant que le reste du corps est coincé dans ce même mur. * Une image mentale qui fait tenir les animateurs de 70 têtes blondes qui sautent et piaillent plus de 10h par jour.*

Non mais sérieux !?

Après tout, pourquoi sourire à ton voisin ? // Ok ils sont putain de gentils mes adorables voisins! Ils sont prompt à échanger verbalement, à proposer des temps agréables de repas ou jeux, d’activités. Ils n’ont pas peur des enfants en bas âge. Ils ont de la discussion et ne sont pas avares en bon plan. C’est plus que des voisins, non? //

Et pourquoi aider ton prochain ? // Ok un coup de main de temps en temps, ça fait plaisir à donner et quand tu es dans le besoin, c’est aidant aussi. En passant merci à la charmante famille, qui a été pleines d’idées pour me dépanner alors que ma voiture se prenait pour une moto abîmée à l’arrêt et que j’avais évidemment bloqué mon téléphone. Ne pouvant plus joindre personne et dire si j’étais ou  non bloquée. Heureusement dans le besoin, il y a des gens qui ont encore la tête sur les épaules, dix bonnes minutes pour réfléchir quand votre cerveau est embrumé, et qui prêtent sans peur leur téléphone.  Faut-il encore connaître le numéro de chez toi ou celui du portable pro de ton homme. Ma foi, ça, c’est de ma faute.//

Puis d’abord pourquoi parler à l’autre ? Les banalités ne font pas avancer la planète ! //Mouais, et pourtant une discussion informelle est bien agréable pour se mettre de bonne humeur. Les banalités permettent de débuter le dialogue aussi et, d’avancer vers un moment d’échange plus .. constructif ? Plus informatif? Plus agréable ? Mieux dans tous les cas. Echanger sur des sujets presque banales du quotidien avec une jeune maman sur les réseaux m’a permis de rencontrer cinq SupersMums qui déchirent ! En presque sept mois, j’ai appris énormément, découvert d’autres personnes formidables qui ont le coeur sur la main, des idées pleins la tête sans oublier des étoiles dans les mirettes. En dehors de leur naturel gentillesse, leur bonne humeur, leur tracas quotidien qu’elles échangent facilement, elles ont aussi amené un nouveau projet qui fait des petits et se diversifie. C’est super chouette finalement cette discussion banale. Merci à Elle et à Elles.  //

Oh, et marre d’être souriante, non ? D’abord ça attire les cons ! // Oui, parfois, je deviens un aimant à personnes ayant des problèmes. J’étais tentée d’écrire « personne à problèmes ». Pourtant, un reste de bienveillance profonde, me fait dire que ces personnes ont des problèmes mais ne sont pas un problème à la base. Quoi que parfois, il y a de quoi se poser sérieusement la question quand même. En attendant, faire la tronche n’amène certainement pas de personnes souriantes jusqu’à soi. Personnellement, si une personne n’est pas avenante, je n’ai pas envie de la rendre avenante en faisant l’effort seule. Enfin certaine fois, si. Je préfère nettement des personnes décrochées de leur smartphone au milieu d’une galerie commerçante qui flânent que les deux messieurs d’une bonne cinquantaine d’année accroché chacun à leur téléphone avec des écouteurs visés à leurs oreilles installés sur un canapé qu’ils n’ont absolument pas quitté pendant 2 ou 3h. Le petit plus est qu’ils se connaissaient mais échangeaient peu. Étonnant, je trouve. Dans tous les cas, j’ai une bonne tête. Les gens aiment venir me raconter leurs petits soucis. C’est chouette de les voir plus détendus avec une nouvelle idée en tête pour avancer sans échanger plus que quelques onomatopées. Néanmoins, mesdames et messieurs, il est fort bienveillant et intelligent de se souvenir que chacun a ses soucis même s’ils ne les étalent pas sur la place publique. Profitez de la gentillesse, oui, mais n’en abusez pas. Je risque d’abandonner la bienveillance, au moins avec vous.//

J’ai envie de temps pour moi. Égoïstement. Les demandes dans tous les sens m’ennuient. D’abord, moi je cherche mes solutions, seule. Cela est une évidence que nous avons été doté d’un cerveau pour s’en servir. Demander de l’aide, c’est pas mon truc. Je préfère réfléchir avant de voir que je suis bloquée *ou non*. Mince, alors ! //Ah mais c’est la faute à l’Education encore !!!! A force de vouloir caser chaque individu, de le référencer, de lui coller des étiquettes, l’obligeant à avaler des données comme on goinfre une oie pour Noël, voilà le résultat. Prendre le temps de réfléchir soi-même à une solution devient laborieux. Il faut immédiatement un tiers. Se renseigner, tenter une nouvelle expérience, débuter une discipline telle que la couture seul, oui c’est difficile. Mais c’est également faisable. Evidemment ce sera peut-être imparfait. Néanmoins, cette apprentissage peut débuter seul pour ensuite devenir accompagné. Qui a envie de motiver son prochain incessamment? Personne. Une personne ayant déjà fait des démarches, des recherches, ou tenter une expérience est bien plus crédible et donne à chacun envie de la soutenir. Soit-dit en passant, dans les différentes sphères professionnelles ou sociales, c’est souvent ce qui est demandé. S’aider soi-même est un bon début.//

Et enfin, pourquoi expliquer sans cesse ce qu’est la bienveillance? Que signifie le mot respect et pourquoi je l’exècre? // Allez encore une fois, je mets la définition du mot respect ici.

Notre cher larousse nous dit : capture

Je reprends les mots importants: « sentiment », « considération », « vénération », « égards », « sacré ». 

Alors avec tout le respect que je ne vous dois pas, et que vous ne me devez pas, vous aimeriez me « vénérer » et me voir comme quelque chose ou quelqu’un de « sacré », vous? Non, parce que moi je vous apprécie mais vous respectez dans ces termes, non. Je préfère de loin la définition de bienveillance et avoir de l’empathie pour vous.

capture

Le terme de respect amène tout de même à une classification avec notion de supériorité ou d’infériorité. Ainsi, ce petit mot utilisé à tout va au quotidien et dans l’éducation, je préfère le mettre de côté. Vous ne perdrez pas mon respect. Ma bienveillance, elle, peut se réduire progressivement jusqu’à devenir peau de chagrin. Et là, ce n’est pas bon du tout. Mais quel dommage de voir des personnes refusaient d’évoluer alors qu’elles en ont toutes les clefs. Parfois même, elles vivent de ces clefs qu’elles offrent à d’autres. Je pense à tous ces cordonniers si mal chaussés travaillant avec l’humain que ce soit dans le milieu de la santé, du social ou encore de l’éducation. Prôné des valeurs, des principes, des idées, sans les appliquer à soi-même, quelle perte d’énergie. Quel gâchis ! Cela me rend, pour quelques minutes seulement, triste pour elles. Mais bon, si les situations n’évoluent pas à un moment, c’est que l’on le souhaite ainsi, qu’un temps plus long est nécessaire. La tiers personne n’est pas une bouée. La bouée, c’est soi. Ainsi, très égoïstement, je m’aide moi-même et donne un certain temps à l’autre, quelques clefs. Ensuite à lui de se chercher. //


Cet article vous fait réagir ?


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s