Glossaire des mangeurs

Pour débuter la série d’articles « S’organiser, c’est facile » autour de l’alimentation, je vous propose un glossaire des mangeurs. Nous avons tous des amis, de la famille, qui mangent « différemment ». A notre époque, avec tous nos petits questionnements, nous avons l’impression que ces modes alimentaires sont nouveaux. Or, il n’en est rien. Des mots sont posés sur des classifications existantes, voilà tout.

Ainsi, je vous propose ici de retrouver une classification simple des 15 différents modes d’alimentations ainsi que leur signification propre.

2016-08-01 (5)

L’omnivorisme: Vient du latin « omni » qui signifie « tout » et « vorare » signifiant « manger » ou « avaler ». Une espère est qualifiée ainsi lorsque son système digestif lui permet d’absorber des aliments d’origines animales et végétales.

Le flexitarisme: ce terme nouveau dans notre langage désigne les personnes flexible dans leur mode d’alimentation végétarien. Le flexitarien choisit de se tourner vers un mode alimentaire précis (végétarisme, végétalianisme, veganisme) mais inclut certains aliments qui normalement ne devraient plus faire partie de son alimentation. Ainsi un végétalien ne consomme ni oeufs, ni miel mais pourrait faire le choix de continuer à boire du lait par exemple.

Le végétarisme: Régime alimentaire excluant la chaire animale. La chaire animale fait autant référence aux animaux marchant sur la terre que nageant dans les rivières, les mers ou les océans. Un végétarien choisit de continuer à s’alimenter avec les produits issus de ses animaux. Il mange donc des oeufs, du lait, du fromage, mais pas de saumon ou de poulet par exemple.

Différentes sous-catégories existent dans le végétarisme.

  • Les personnes lacto-ovo-végétarien ne consomment aucun produits animaux (viandes, volailles, poissons) mais accepte de se nourrir d’oeufs et de produits laitiers.
  • Les personnes ovo-végétariennes bannissent également les produits animaux (viandes, volailles, poissons) ainsi que les produits laitiers (fromages, laits, yaourts) mais acceptent de manger des oeufs.
  • Les personnes lacto-végétariennes consomment des produits laitiers (beurre, lait) mais refusent la consommation de produits animaux (viandes, volailles, poissons) et des oeufs.
  • Les personnes semi-végétariennes évincent les viandes rouges et continuent de consommer les poissons, les volailles, oeufs et produits laitiers.

 

Le végétalianisme: Ce régime alimentaire exclut la chaire animale mais aussi tout produit d’origine animal. Une personne végétalienne ne mange donc ni oeuf, ni lait, ni fromage.

Le veganisme: Ce régime alimentaire exclut la chair animale, les produits d’origine animale et tous les domaines où l’exploitation animale a cours. Une personne végan ne porte donc pas de cuir ou de laines.

Le crudivorisme: Ce régime alimentaire est appelé également alimentation vivante. Il se base sur la consommation de légumes et fruits crus. Sont exclus tous les aliments chauffé au-dessus de 47.77°C, stade où les enzymes débutent leurs transformations.

Le frugivorisme: est un régime se basant exclusivement sur la consommation de fruits. Certains ajoutent à cela un pourcentage de légumes verts.

La germivorisme: L’alimentation se fonde principalement sur l’absorption de graines germées qu’elles soient des légumineuses ou des céréales. Ce type d’alimentation entre dans la catégorie de l’alimentation vivante, tout comme le crudivorisme. La pionnière dans le domaine de l’alimentation vivante est une américaine, Ann Wigmore (1909-1993).

La macrobiotique a pour but d’éliminer en neuf étapes les produits d’origine animale et végétale. C’est le japonais Georges Oshawa qui propose ce régime alimentaire comme un art de vivre et une philosophie. Mr Oshawa a mis l’accent sur l’importance de la mastication.

Le naturisme met en avant une alimentation autour du naturel et de qualité. Les naturistes consomment des aliments purs, qui n’ont pas été dénaturés. Ces aliments sont donc non raffinés, sans additifs alimentaires.

Le fletcherisme est une alimentation basée sur la mastication. La technique de Horace Fletcher (1849-1919) demande trente-six mastication pour une bouchée avant d’avaler cette même bouchée. Ce « grand masticateur » a mis en avant l’importance de bien mâché pour permettre à notre organisme une meilleur assimilation des aliments avec le moins de toxines à évacuer. Cette méthode simple est très efficace.

*

Publicités

3 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. florie dit :

    Merci, je me perd un peu dans tous les termes employés! au moins la c’est clair!!

    J'aime

    1. Je crois que nous sommes pas mal dans ce cas. Merci à toi 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s